Église et chapelles de Ciboure

Église Saint-Vincent de Ciboure

 

Se détachant d’Urrugne, Ciboure devint une paroisse autonome en 1555 et agrandit son église avec « ses propres deniers ».

Au XVIIe siècle, on la dota d’un clocher octogonal, unique au Pays-Basque.

Sur le parvis, autrefois cimetière, est érigée une grande croix de pierre du XVIIIe siècle.

A l’entrée de l’église, la statue du diacre Saint-Vincent semble montrer plusieurs inscriptions en latin et en grec. A l’intérieur, on remarque la triple rangée de tribunes du XVIIe siècle, ainsi que l’orgue.

La nef ouvre sur le choeur dominée par un beau et sobre retable où rayonne la statue de Notre Dame de la Paix, provenant de l’ancienne chapelle des Récollets. Au sommet du retable, la statue de Saint-Vincent à qui l’église est dédiée.

Chapelle des Récollets

 

chapelle récollets

Située sur un îlot entre Saint-Jean-de-Luz et Ciboure, cette chapelle appartenait à la communauté des frères franciscains établis en 1610 pour ramener la paix entre les habitants des deux villes. La communauté fut dispersée par la Révolution et les cibouriens cachèrent le retable, les tableaux et le mobilier qui plus tard prirent place dans l’église paroissiale.

La chapelle désaffectée est devenue aujourd’hui propriété de la ville de Ciboure et sert de salle de conférence et d’exposition, en attendant d’être restaurée.

La chapelle de Socoa

chapelle Socoa

Dédiée à Saint-François Xavier, elle  tient son originalité par l’autel en forme de barque rappelant par là qu’elle est essentiellement fréquentée par les pêcheurs qui résident dans ce quartier maritime de la commune d’Urrugne.

L’oratoire de Bordagain

oratoire Bordagain